La pilule troisième génération : dangereuse ?

 Après la plainte déposée par Marion Larat contre la société pharmaceutique Bayer en décembre dernier, les polémiques se multiplient. Victime d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), la jeune femme de 25 ans accuse la pilule troisième génération Méliane d’être la cause de cet événement qui l’a handicapée à 65%. L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament), également visée par la plainte, s’est réunie début janvier 2013 avec les professionnels de santé pour analyser la situation. Les pilules de troisième et de quatrième génération sont-elles dangereuses ? Quelles mesures ont été prises ?

Rz 30bLa particularité des pilules de troisième génération

 En France, il existe plusieurs sortes de pilules contraceptives. Les premières, délivrées dans les années 70, dites pilules de deuxième génération, contiennent des progestatifs. Leur action est similaire à la progestérone qui  inhibe la fécondation.                                                                                                                                                               

La pilule de troisième génération est arrivée sur le marché dans les années 90. Elle contient moins d’oestrogènes et compte de nouveaux progestatifs dont les deux principaux sont le désogestrel et le gestodène. Elle est minidosée.Elle doit être généralement prescrite en second recours lorsque la femme a déjà testé la pilule deuxième génération qu’elle ne supporte pas. Cette pilule troisième génération possède plusieurs vertus dont la principale diminue l’acné de façon significative.

Alors que la moitié des femmes utilise ce moyen de contraception, des études ont démontré qu’elle était sujette à deux fois plus de risques thrombo-emboliques que les patientes prenant la pilule deuxième génération. Il accentuerait la coagulation. Les personnes souffrant d’hypertension ou présentant des antécédents familiaux de phlébites doivent rester particulièrement vigilantes.

Les accidents liés à une inadaptation à ce type de « médicaments » sont variés : accidents vasculaires cérébraux, embolies pulmonaires, phlébites…Ils représentent chaque année  21 cas sur 100 000 personnes.

Rz stethoscope1Les conseils de prévention

  La plaignante victime d’un AVC était porteuse d’une anomalie génétique appelée le facteur V de Leiden, qui accentue la coagulation. Son accident est survenu trois mois après la prise de cette pilule. Il a en effet été établi que les accidents de ce type survenaient généralement les premiers mois suivant  son ingestion.

Il est donc important de souligner que, quel que soit le médecin généraliste ou spécialiste qui prescrit ces contraceptifs, un suivi médical doit être effectué régulièrement. Les prises de sang sont indispensables et peuvent être complétées par des radiographies des poumons, des examens veineux selon les cas.

Un bilan doit être fait sur les antécédents familiaux pour minimiser les risques encourus.

L’ANSM dénonce une prescription excessive de ces pilules sans que soit pris en compte le cas par cas. Elle invite les médecins à maximiser l’information autour des patientes et à prescrire la pilule deuxième génération en premier lieu. La prescription de la pilule troisième génération n’interviendrait que dans un deuxième temps, si la première n’est pas supportée ou dans des cas particuliers.

Rz 4bLe déremboursement fin mars 2013     

Alors que la suppression de ce type de contraceptifs avait été envisagée, cette solution a finalement été rejetée. La crainte de diabolisation de la pilule, quelle que soit la génération, a été mise en avant.  Le message pouvait mal passer et engendrer l’arrêt définitif de la pilule chez certaines patientes. Or, le risque de multiplier des grossesses non désirées est inhérent à un problème d’ordre sanitaire.

Réserver les prescriptions aux spécialistes a également été écarté. Les gynécologues étant de moins en moins nombreux, on  craignait de constater un recul des moyens de contraception suite à la difficulté des patientes à obtenir une consultation régulière.      Marisol Touraine, ministre de la Santé, a décidé de dérembourser la pilule de troisième génération à partir du 31 mars 2013. Elle espère ainsi voir le nombre de prescriptions diminuer autour des patientes qui auront la possibilité de se tourner vers la pilule deuxième génération. Quant à celles qui souhaiteront continuer leur traitement, elles devront le financer.

M. D.

<a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

Voir aussi sur le sujet : suppression de Diane 35, mesure légitime ou pression médiatique ?

Arrêt de Diane 35 : comment lutter contre le retour de l'acné

Voir Diane 35 illustrée

Vous vous sentez concerné(e) par la question ? Donnez votre avis et laissez un commentaire.                                                                                         

pilule santé troisième génération

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×