Vos armes pour trouver votre première location

 

       Vous êtes jeune, vous venez d’entrer dans la vie active. Vous avez décidé de sauter le pas.Vous prenez votre baluchon et vous partez de chez papa et maman. Belle initiative, mais vous êtes-vous préparé aux éventuels obstacles ?

Voici quelques pistes pour mieux déjouer les pièges du système.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Sachez que c’est d’abord votre profil et votre persévérance qui influeront sur les résultats de vos recherches. En effet,  si vous vous lancez pour la première fois, vous ne pourrez montrer votre sérieux par des preuves concrètes telles que d’anciennes quittances de loyers. Vous devrez donc passer par d’autres biais.

L’appel aux particuliers

      Si vous frappez à la porte des particuliers, choisissez des sites connus. Inscrivez-vous aux alertes et n’hésitez pas à téléphoner au propriétaire pour poser vos questions (prix du loyer, emplacement, travaux effectués, décence du logement…). Profitez-en ensuite pour vérifier ses attentes. Quels sont ses critères de sélection ? Anticipez ses interrogations. Neuf propriétaires sur dix souhaitent obtenir des garanties pour éviter les non-paiements. Si vous travaillez, ils demanderont que votre salaire fasse trois fois le loyer. Attention, ils apprécient rarement les contrats à durée déterminée. Si vous comptez emménager à deux, c’est uniquement le contrat à durée indéterminée ou la situation de fonctionnaire qui risque d’être pris en compte. Pour éviter de vous retrouver dans un 10 mètres carrés, préparez-vous.

L'anticipation des pièces à fournir

- Montez un dossier avec vos contrats de travail, vos pièces d’identité, une attestation de votre logement actuel (facture d’électricité de vos parents par exemple), les avis d’imposition des deux dernières années, une attestation sur l’honneur  confirmant l’accord de vos garants, leurs contrats de travail. Essayez d’obtenir l’accord de deux garants. Le garant est celui qui accepte de prendre en charge le montant du loyer en cas d’impayés.

Le propriétaire appréciera d’obtenir votre dossier avant même qu’il ne vous l’ait demandé. Vous lui inspirerez davantage confiance car vous lui proposerez une transparence des informations vous concernant en amont. Mais pas seulement. Il aura le sentiment de pouvoir compter sur vous  face à l’organisation administrative que le contrat implique.

- Renseignez-vous sur vos droits. Si vous ne comptez pas sur l’appui de garants, avez-vous la possibilité de proposer au propriétaire une solution de repli ? Etes-vous éligible à la Garantie des Loyers Impayés (GLI) ou à la Garantie des Risques Locatifs (GRL) ? Cette dernière est proposée par l’Action logement. Apparentée à une assurance, elle est payante (2.5 % du montant du loyer) mais permet au propriétaire d’être remboursé en cas de non-paiements.

Le propriétaire doit évidemment donner son accord avant toute démarche et choisir l’assurance.

- Prévoyez la somme adéquate pour le règlement d’une éventuelle caution (l’équivalent d’un loyer qui vous sera remboursé au terme de votre contrat de bail durant l’état des lieux, si le propriétaire juge que les lieux n’ont subi aucune dégradation) et d’un mois de loyer d’avance.

- Prévoyez aussi les dépenses nécessaires à la contraction de l’assurance habitation (obligatoire et à payer une fois par an).

- Soyez ponctuel, poli et attentif à votre apparence le jour du rendez-vous. Montrez votre coup de cœur ! Vous n’êtes pas le seul visiteur. Cela pourra faire la différence car le propriétaire pensera que votre choix est déjà fait et qu’il n’aura pas à s’inquiéter d’un possible désistement de votre part.

- Ne visitez pas les lieux seul et accompagnez-vous de quelqu’un ayant de l’expérience qui pourra vous conseiller voire constater des choses qui vous échapperaient.

Gare aux arnaques !

     Attention, ce n’est pas parce que vous devez montrer votre sérieux qu’un propriétaire peut vous demander ce qu’il veut. N’acceptez pas un logement petit, vétuste dont le prix dépasse tout entendement sous prétexte que le propriétaire est le seul prêt à accepter votre dossier. Vous pourriez déchanter et voir de nombreuses difficultés apparaître : beaucoup de travaux à effectuer, des conditions de vie bien en dessous de vos espérances (fuites d’eau, murs mal isolés et j’en passe). Les logements insalubres peuvent être sources d’accidents. Par exemple, des incendies peuvent se déclencher à cause de prises électriques qui n’auraient pas été mises aux normes.

       Ne communiquez jamais vos informations bancaires avant la signature du bail. Veillez à avoir le propriétaire au téléphone afin d’analyser son comportement. Assurez-vous de visiter le logement rapidement en sa présence. Si vous trouvez une annonce alléchante avec un loyer à moindre coût, une grande surface et un espace neuf, prenez tout autant garde. N’hésitez pas à vous déplacer pour vérifier la façade extérieure. Si le propriétaire ne communique avec vous que par e-mail et qu’il insiste lourdement sur une avance de paiement sans vous poser la moindre question, passez à l’annonce suivante.

M. Témoigne : « Le soi-disant propriétaire m’avait fourni un modèle de bail bourré de fautes d’orthographe. Il ne répondait pas à mes questions directement. Lorsque je lui ai demandé si l’appartement était bruyant à cause du bar qui se trouvait au rez-de-chaussée, il n’a pas répondu et a insisté sur son désir de recevoir un règlement par mandat-cash dès le premier rendez-vous. Il a fait mine d’habiter dans le sud et d’avoir subi des désagréments en se déplaçant pour des gens qui se désistaient sans cesse. Trop louche à mon goût. Je me suis déplacée pour faire mon propre état des lieux. Les photos de l’appartement ne semblaient pas correspondre aux façades extérieures. »

L’inscription dans une agence

           Si vous ne trouvez pas votre bonheur chez les particuliers, inscrivez-vous dans une agence. Elle vous apportera plus de sécurité. Sachez tout de même que ce n’est pas parce qu’elle vous laisse visiter un logement que vous remplissez les critères demandés. Une agence aurait tendance à être plus stricte qu’un particulier puisqu’elle a comme mission de sélectionner les meilleurs locataires pour ses clients. Vous ne dérogerez pas à la règle du salaire équivalant à trois fois le loyer ou de la prise en compte d’une situation stable. Néanmoins, elle sera à votre écoute et vous épaulera dans vos recherches.

Comptez tout de même des honoraires à hauteur de 900 euros dans la plupart des cas.

La demande d’un logement social

       Rendez-vous à une antenne d’aide sociale de votre lieu d’habitation. Vous pourrez y faire une demande de logement social. La patience sera de rigueur puisque dans la plupart des cas, vous n’obtiendrez une réponse qu’au bout de deux ans selon votre situation. Si vous souhaitez persévérer, alors il faudra suivre votre dossier régulièrement pour qu’il aboutisse plus rapidement. Sachez que les cas de précarité seront logiquement prioritaires.

Et les offres de votre employeur, y avez-vous songé ?

     Votre employeur peut parfois être en partenariat avec l’action logement. Cette dernière privilégiera alors ses demandes pour vous proposer des visites (trois par an au maximum).

Remplissez le dossier demandé et rendez-vous à la mairie ou à la préfecture de votre lieu d’habitation pour régler les détails. En effet, pour en bénéficier, il faut avoir fait la demande préalable d’un logement social pour prouver que votre démarche signale votre dernier recours et votre volonté d’agir en ce sens.Vous devrez avoir un an d’ancienneté dans votre boîte au minimum pour y avoir droit.

     Les alternatives sont donc nombreuses mais souvent laborieuses et onéreuses. Armez-vous d’une cuillère de patience, d’une pincée de persévérance et d’un zeste de confiance en vous. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que la chance vous sourie !

 

M. D.

 

Voir aussi : Recherche de location illustrée

Toutes les étapes pour acheter son premier bien immobilier

logement louer location social action logement agence particuliers

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×